Microphone pour téléphone (1892) de Félix de LALANDE

30.00 

Dessins techniques de vues en coupe des améliorations apportées au microphone à charbon pour téléphone par Félix de LALANDE

1 en stock

Description

Félix Paul Ernest de Lalande (Albi 1845 – Paris 1919) est un ingénieur et scientifique français qui brevette plusieurs inventions dans les domaines de la chimie, de l’électricité, de la télégraphie et de la téléphonie

Elève au Lycée de Versailles, il obtient en 1863 le second prix de chimie lors du concours général des lycées de Paris. En 1865, il réussit le concours d’entrée à l’Ecole polytechnique mais démissionne en 1867. Il suit alors les cours de l’Ecole des Mines de Paris de 1867 à 1870. Il y reçoit le diplôme d’ingénieur civil. En 1871, il travaille au sein du laboratoire de chimie de la Sorbonne. Il y effectue des recherches sous la direction Paul Schützenberger (1829 -1897). C’est avec ce dernier que Félix De LALANDE dépose en 1871 un brevet d’invention de quinze ans “pour des perfectionnements apportés à l’emploi de l’indigo dans l’impression et la teinture”. D’autres brevets et collaborations suivront. Ainsi en 1883, il s’associe avec le scientifique Jacques Arsène d’Arsonval (1851 – 1940) avec lequel il dépose un brevet d’invention d’un “système relai télégraphique”. Plus tôt, c’est avec le scientifique Georges CHAPERON qu’il s’associe. Ensemble, Félix De LALANDE et Georges CHAPERON brevettent le 25 juin 1881 une pile dite de “Lalande et Chaperon”. Cette pile est considérée aujourd’hui comme le précurseur des générateurs alcalins. Les droits d’exploitation de l’invention des deux français seront acquis en deux temps (1889, 1890) par Thomas Edison (1847-1931). S’appuyant sur les travaux des deux français, Thomas Edison l’améliore et la commercialise sous l’appellation “Edison-Lalande batterie”.

L’exploitation commerciale en France du téléphone date de la fin des années 1870. A Bordeaux, le premier réseau téléphonique est mis en place en juin 1881. C’est notamment avec l’invention du microphone comme transmetteur téléphonique que le téléphone pris son essor. Si le microphone à charbon de Clément ADER est adopté en France , des améliorations lui son apportés par d’autres inventeurs. En 1892, Félix de LALANDE est parmi ceux- là. En 1895, Dans « Le Dictionnaire d’Electricité », le professeur et scientifique Julien LEFEVRE (1852-1916) décrit cette invention: « Afin d’éviter les vibrations parasites…M. LALANDE a eut l’idée d’appliquer aux charbons des microphones le système employé dans les instruments scientifiques pour amortir les oscillations, et qui consiste à faire plonger dans un liquide les parties vibrantes,…de façon à obtenir la plus grande sensibilité en même temps qu’une netteté parfaite« . Le liquide qu’emploie Félix de LALANDE pour son invention est le mercure. Ce  » nouveau microphone » dit « Système LALANDE » est « admis par l’administration des Postes et Télégraphes sur les réseaux de l’Etat. Il possède une puissance et une netteté remarquable et ne donne pas de résonances sur les circuits les plus étendus; il n’est pas exposer à se dérégler« .

Issus d’un fonds familial des travaux de recherches de Félix de LALANDE, ces trois dessins techniques très semblables sont des vues de coupe du microphone de son invention. Non datés ni titrés et sans signature, nous ignorons a quelle fin ils ont été réalisés (demande de brevet d’invention, publications,…).
– Sur le dessin technique de la première photographie d’autres petits dessins ont été surajoutés au crayon de papier. Document (48 x 314 mm) présentant des salissures.
– Le second document se différencie du premier notamment par les lettres données à chaque élément du microphone. Document (485 x 312 mm) présentant d’importantes salissures, rousseurs et un petit trou en dehors de l’image.
– Le troisième document ( 337 x 288 mm) présente des salissures et plis notamment sur ses bords

Informations complémentaires

Poids 0.5 kg

Vous aimerez peut-être aussi…