Arsène d’Arsonval et Félix de Lalande (1883)

90.00 

Les inventeurs Arsène d’Arsonval et Félix de Lalande déposent une demande de brevet d’invention pour un relai télégraphique

1 en stock

Description

Jacques Arsène d’Arsonval (1851-1940) est un médecin, physicien et inventeur français

Né dans le petit village limousin de La Porcherie, Arsène d’Arsonval est en 1871 étudiant à l’Ecole de médecine et de pharmacie de Limoges. A Paris où il termine ses études, il soutient sa thèse de Docteur en Médecine en 1877. Ses travaux de recherches le conduisent à s’intéresser à l’électricité et d’autres domaines comme la télégraphie sans fil puis la téléphonie. Seul ou en collaboration avec d’autres scientifiques, il brevette de nombreuses inventions comme le galvanomètre balistique ou le premier téléphone agréé. Il s’intéresse également aux recherches d’autres inventeurs. En 1883, il expérimente et commente la pile inventée par Georges Chaperon et Félix De LALANDE. C’est avec ce dernier qu’il dépose en mars 1883 une demande de brevet d’invention pour « un système de relai télégraphique« .

Félix Paul Ernest de Lalande (Albi 1845 – Paris 1919) est un ingénieur et inventeur français

En 1865, il réussit le concours d’entrée à l’Ecole Polytechnique mais démissionne en 1867. Il suit alors les cours de l’Ecole des Mines de Paris de 1867 à 1870. Il y reçoit le diplôme d’ingénieur civil. Il brevette plusieurs inventions dans les domaines de la chimie et de l’électricité notamment avec d’autres scientifiques français. Ainsi, il dépose en 1871 avec son ami et maître Paul Schützenberger (1829 -1897) un brevet d’invention de quinze ans “pour des perfectionnements apportés à l’emploi de l’indigo dans l’impression et la teinture”. En juin 1881, il brevette avec Georges Chaperon (1845-1892) une pile dite de “Lalande et Chaperon”. Cette pile est considérée aujourd’hui comme le précurseur des générateurs alcalins. Les deux inventeurs français améliorent leur innovation et brevettent de nouveau notamment aux Etats-Unis le 20 mars 1888 sous le terme de “GALVANIC BATTERY”. Thomas Edison (1847-1931) acquiert par contrats les droits d’exploitation de leur pile. L’inventeur américain améliore l’innovation des deux Français et la commercialise sous l’appellation “Edison-Lalande cell”.

Arsène d’Arsonval et Félix de Lalande

Dans les premières lignes du mémoire descriptif de cette demande, ils écrivent : « Le présent brevet a pour but de faire connaitre un nouveau relai télégraphique particulièrement sensible, rapide et simple…« . S’ensuit le descriptif complet de leur invention. Ce document est rédigé et signé par l’ingénieur conseil et agent de brevets Albert CAHEN. En annexe,  le dessin technique composé de neuf figures sur papier calque . La demande est validée le 7 juillet 1883 par le ministère du Commerce qui accorde aux deux inventeurs une protection de leur invention pour une durée de quinze ans.

L’ensemble est composé :
– De la demande de brevet d’invention avec mémoire descriptif manuscrit de cinq feuilles (dix pages). Document relié avec une cordelette rouge. Première page à en-tête du cabinet de l’ingénieur conseil et agent de brevets Albert CAHEN, signataire du document. Document présentant des auréoles d’humidité tout particulièrement sur les quatre dernières pages.
– Dessin technique sur feuille (591 x 441 mm) de papier calque. Document daté du 8 mars 1883 et également signé de l’ingénieur conseil. Document présentant des plis dans les sens de la longueur et la largeur.
– Le brevet d’invention, N° 154.180, d’une page (437 x 273 mm) sur papier à en-tête du ministère du Commerce. Document présentant plis, salissures et déchirures sur les bords.

Informations complémentaires

Poids 0.6 kg

Vous aimerez peut-être aussi…